Rechercher
  • Réunion Portage

Comment définir ses tarifs en freelance ?

Mis à jour : il y a 6 jours

Combien facturer une prestation en freelance ? La réponse à cette question essentielle est à la fois simple et complexe et pourrait se résumer ainsi : “quel tarif va me permettre de gagner ma vie tout en étant compétitif et en adéquation avec les prix du marché pour trouver des clients”. Pour résoudre cette équation, le freelance doit prendre en compte un certain nombre de paramètres liés à son activité, son statut ou encore son profil et celui de ses clients. Tout ça n’est pas encore très clair ? On vous dit tout !


Horaire, journalier ou forfait : Comment facturer ?


Avant même de savoir combien, se pose la question du “comment”. Il existe en effet trois manières de définir ses tarifs et facturer en freelance : le taux horaire, le tarif journalier ou la rémunération au forfait (lire : Être freelance, qu'est ce que cela veut dire ?).


Tarif horaire


Comme son nom l’indique, il consiste à appliquer un tarif à l’heure. Une politique tarifaire assez peu répandue chez les freelances car peu adaptée à des missions de plusieurs jours ou mois. S’il n’est que rarement facturé tel quel au client, le taux horaire appliqué par le freelance est néanmoins une donnée importante et à connaître pour bien estimer ses tarifs et le temps passé pour le compte de chaque client.


TJM : Tarif Journalier Moyen


Les freelances qui n’appliquent pas de forfait facturent généralement leurs prestations sur la base d’un Tarif Journalier Moyen. Celui-ci correspond au tarif par journée de travail pour le compte d’un client et ce que la mission dure quelques jours, plusieurs semaines ou des mois. Ce mode de calcul permet au freelance de se projeter sur chiffre d’affaires global pour la prestation (et le client sur un budget) tout en ajustant celui-ci à la réalité du travail effectué. Il est particulièrement adapté aux activités de consulting et de formation.


Le forfait


L’autre option choisie également par de nombreux freelances est d’appliquer un tarif fixe, dit “au forfait”, pour une mission ou un projet. Ce forfait permet au client de savoir exactement ce que lui coûtera la prestation mais implique que le freelance connaisse parfaitement le temps de travail que celle-ci lui demandera (pour le rapporter à un tarif horaire ou journalier). Le tarif forfaitaire s’applique plutôt aux prestations livrables (graphisme, création de site Internet, rédaction de contenu,...).


Facturation : Avec ou sans TVA ?


Voilà une question que ne se posent pas forcément tout de suite les freelances mais qui a son importance. A La Réunion, la TVA applicable est de 8,5%. Ne pas prendre en compte ce paramètres dans ses tarifs c’est donc prendre le risque de devoir s’en acquitter a posteriori et donc rogner sur sa marge.


Le choix de facturer HT (Hors Taxes) ou TTC (Toutes Taxes Comprises)... n’en est pas un ! Il dépend du statut juridique du freelance et du montant annuel du chiffre d’affaire. A La Réunion, les indépendants en micro-entreprise (anciennement auto-entrepreneurs) sont exonérés de TVA jusqu’à un seuil de chiffre d’affaires de 50 000 €, avec une tolérance jusqu’à 60 000€. Dès ce seuil d’exonération franchi, la TVA au taux normal s’applique dès le 1er jour du mois de dépassement (lire : Devenir auto-entrepreneur à La Réunion : Quels sont les risques ?).


Pour une entreprise classique ou en portage salarial, le taux de TVA classique de 8,5% à La Réunion et 20% pour les clients de métropole s’applique. C’est finalement plus simple et moins contraignant, d’autant que la très large majorité des clients de freelances sont des entreprises qui “récupèrent” la TVA. Pour en savoir plus : Quelle TVA en portage salarial à La Réunion.


Quels facteurs influent sur le prix ?


Voilà pour la forme. Mais sur le fond, comment fixer le bon prix ? Cela commence logiquement par une étude marché pour connaître les tarifs pratiqués par les freelances et/ou les entreprises proposant le même type de service ou de prestation. L’objectif est de trouver le juste prix, ni trop haut pour être compétitif et dénicher des clients, ni trop bas pour faire valoir la qualité de son expertise et gagner sa vie. Tout est une question d’équilibre et d’arbitrages entre différents paramètres et facteurs.


  • Le profil et l’expérience du freelance : C’est le principal critère à prendre en compte. Plus le freelance est expérimenté, expert, réputé, spécialisé et demandé et plus son tarif va grimper. Logique implacable.


  • Le métier : Certains domaines d’activité ou métier sont plus rémunérateurs que d’autres. Cela est souvent lié à la concurrence dans le secteur et aux compétences demandées pour exercer.


  • Le client : Il ne s’agit pas de facturer “à la tête du client” mais d’adapter sa prestation et son tarif à sa cible. Une grande entreprise sera plus encline à faire travailler un freelance sur la base d’un TJM à plus ou moins long terme quand une TPE demandera un forfait pour une prestation précise.


  • La durée de la mission : Entre une prestation ponctuelle de quelques jours et un accompagnement au long cours, le tarif sera inévitablement différent. L’urgence a un coût. Sécurité, longévité et confiance sont un luxe qui valent largement de faire un petit effort tarifaire...


  • Les charges, frais, coûts : Dans le calcul de son tarif, qu’il soit journalier, horaire ou au forfait, le freelance doit prendre en compte l’ensemble de ses charges et frais. Le chiffre d’affaires n’est pas le revenu et il faut déduire entre 30% et 50% de charges sociales (selon le statut juridique), mais également tous les frais liés à l’activité (déplacements, repas, loyers, assurances, achats de matériel,...) et les coûts annexes (prospection, congés,...).


Parlons chiffres !


On ne pouvait décemment pas finir cet article sans donner des chiffres. Très concrètement, et en fonction des facteurs cités plus haut, un freelance à La Réunion facture ses prestations sur la base d’un Tarif Journalier Moyen compris entre 300€ et 1000€. Cela correspond, pour une journée de 7 heures, à un taux horaire compris entre 40€ et 140€. Le delta est important et la moyenne se situe aux alentours de 500€ à 600€ par jour soit environ 80€/h.


Pour finir, peut-être que le meilleur moyen d’évaluer le bon tarif est… le salaire souhaité. On s’explique. Plutôt que de fixer un prix pour en tirer un revenu, pourquoi ne pas prendre le problème dans l’autre sens et se fixer un objectif de salaire (et donc de CA en supprimant les charges). Pour atteindre cet objectif (réalisable), reste simplement à calculer quel tarif journalier ou horaire appliquer. Si le résultat correspond peu ou prou à la réalité du marché, il faut se lancer, démarcher, négocier et... travailler !


Réunion Portage, seule entreprise de portage salarial à La Réunion, fédère une trentaine de freelances à l’année et réalise, grâce à eux, un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros. Outre le fait de leur garantir un cadre juridique et social très protecteur, elle les accompagne sur les différents aspects de leur activité et notamment leur politique tarifaire. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter nos équipes ici.


90 vues0 commentaire
Logo Vertical Réunion Portage
  • LinkedIn - White Circle
  • Facebook - White Circle