Rechercher
  • Réunion Portage

Quel est le coût du portage salarial ?

Mis à jour : il y a 6 jours

Le coût du portage salarial est l’une des principales préoccupations des freelances ou futurs freelances à la recherche du statut juridique le plus avantageux pour leur activité professionnelle. Ce fameux “coût” du portage salarial faisait d’ailleurs partie de notre article Top 3 des préjugés sur le portage salarial.


Pourquoi ? Car le coût du portage salarial à la réputation d’être élevé par rapport à d’autres statuts juridiques, notamment celui de la micro-entreprise. C’est en partie vrai. Mais en partie seulement car le portage salarial est surtout un statut beaucoup plus protecteur. A niveau de protection sociale équivalent, il est en réalité beaucoup moins coûteux que tous les autres (lire : Portage salarial : avantages et inconvénients).


Et ce n’est pas tout. Au-delà du temps gagné, les économies réalisées sont nombreuses: les frais bancaires, d’assurance, de tenue de comptabilité et d’assistance juridique pour la rédaction des modèles de contrats et factures sont pris en charge par l'entreprise de portage en contrepartie de sa commission.


Cette réalité, trop souvent ignorée, n’empêche évidemment pas de décrypter en détail le coût du portage salarial. Commission, cotisations mais aussi frais déductibles, voici ce que coûte vraiment le portage salarial.


1. La commission de portage ou frais de gestion


La commission de portage (également appelée frais de gestion par certaines sociétés de portage) est la part du chiffre d’affaires réalisé par le salarié porté prélevée par l’entreprise de portage. Généralement comprise entre 5% et 12% du chiffre d’affaires du salarié elle représente la rémunération de la société de portage pour couvrir :

  • les frais de fonctionnement de la société de portage (ses locaux, son personnel, ses logiciels internes, sa communication,... ) ;

  • les services associés à la prestation (les outils informatiques mis à disposition, l’accompagnement personnalisé, l’animation du réseau, la Garantie Financière, l’Assurance RC Pro fournie,...) ;

  • en fonction des sociétés de portage, cette commission peut inclure la prise en charge des autres dépenses obligatoires telles que la Contribution foncière des entreprises, la CVAE (Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) ou la médecine du travail. C’est pourquoi il est important de veiller à bien se faire préciser s’il existe d’autres frais de gestion répercutés sur son compte individuel en dehors de la commission


Toujours en ce qui concerne les frais de gestion, certaines sociétés de portage appliquent une commission fixe et plafonnée quand d’autres proposent différents taux de commission en fonction de critères comme le chiffre d’affaires, l’ancienneté ou le niveau de service (avance sur facture, remboursement de frais,...).


La commission de portage est prélevée avant tout autre frais ou cotisation sur le chiffre d’affaires net réalisé par le travailleur indépendant. Elle doit être totalement transparente et faire l’objet d’un accord avec l’entreprise de portage salarial.


2. Les cotisations sociales


Après les frais de gestion, le chiffre d’affaires du salarié porté va être soumis aux paiements des charges sociales avant d’être transformé en salaire. Le salarié porté jouissant de la même couverture sociale que n’importe quel autre salarié en CDD ou CDI, il va devoir s’acquitter des cotisations salariales.


Mais pas uniquement, puisque la part patronale sera également financée par le chiffre d’affaires du salarié porté.


Le total des cotisations salariales et patronales varie, selon le niveau de rémunération et leur contenu, entre 42 et 49 % du montant restant après commission. Ces cotisations peuvent comprendre, le cas échéant, la complémentaire santé collective et la retraite supplémentaire privée.


Précision importante, l’entreprise de portage salarial ne peut en aucun cas faire supporter au salarié porté d’autres charges que celles applicables à tout salarié classique (lire : Convention collective portage salarial : décryptage).


Enfin, si la commission de portage n’est pas “all inclusive” les autres charges auxquelles seront soumises le chiffre d’affaires doivent obligatoirement être détaillées dans les documents d’informations (lire : Comment choisir son entreprise de portage salarial). Là encore, la transparence est au cœur de la relation de confiance entre le salarié porté et l’entreprise de portage.


3. Les frais professionnels déductibles


Une fois déduits la commission de portage et les charges sociales, le salaire net versé s’élève entre 49 et 55% du chiffre d’affaires facturé. Un montant qu’il est néanmoins possible d’optimiser grâce notamment aux frais professionnels.


Contrairement à la micro-entreprise, le portage salarial permet en effet de déclarer au réel les frais engagés dans le cadre de son activité professionnelle. Des frais intégralement exonérés de cotisations sociales et pas non plus soumis à l’impôt sur le revenu.


Déclarés mensuellement à la société de portage salarial, les frais professionnels peuvent concerner l’hébergement de l’activité (espace de travail à domicile, location de bureaux, coworking...), les déplacements (indemnités kilométriques, billets d’avion, hôtels...), les repas (déjeuners du midi, repas d’affaires,...), l’équipement (facture téléphonique, internet, bureautique, matériel informatique,...) et les dépenses de communication et de relations publiques .


Pour conclure, on pourrait résumer le coût du portage salarial par ce schéma :



Pour une approche personnalisée et des réponses concrètes aux questions que vous vous posez n'hésitez pas à vous rapprocher de Réunion Portage ici.

22 vues0 commentaire
Logo Vertical Réunion Portage
  • LinkedIn - White Circle
  • Facebook - White Circle