Rechercher
  • Réunion Portage

Quels délais pour créer une micro-entreprise ?

Mis à jour : mai 4

Les délais de création d’une micro-entreprise sont relativement courts. C’est l’un des avantages de ce statut ultra-simplifié qui permet de rapidement pouvoir proposer ses services, produits ou prestations en toute légalité. Néanmoins, et cela est moins souvent mis en exergue, plusieurs démarches et déclarations sont nécessaires pour répondre à l’ensemble de ses obligations légales. Obligations qui évoluent avec le temps et en fonction du chiffre d’affaires généré…


C’est ce que nous allons vous expliquer ici. Et vous verrez au passage que le système le plus simple et rapide n’est pas forcément celui que l’on croit…


Micro-entreprise : Environ 10 jours pour un numéro Siret


La promesse du statut de micro-entrepreneur, anciennement auto-entrepreneur, c’est de bénéficier d’un régime ultra-simplifié qui permet de déclarer et démarrer son activité dans des délais raccourcis et avec un minimum de démarches. C’est en partie vrai (lire : Devenir entrepreneur : mode d'emploi).


Pour obtenir un numéro Siret, sésame indispensable pour pouvoir proposer des prestations professionnelles et facturer du chiffre d’affaires, il faut créer sa micro-entreprise sur le site : https://www.autoentrepreneur.urssaf.fr. Cette formalité ne prend que quelques minutes. Vous allez simplement devoir :

  • créer un compte ;

  • compléter votre déclaration (activité, informations personnelles, volet fiscal et social, pièce d’identité) ;

  • envoyer votre déclaration.


Celle-ci sera ensuite transmise au Centre de formalités des entreprises (CFE) compétent en fonction de votre activité et de la zone géographique où elle sera exercée. Il faut finalement compter un délai de 8 à 15 jours pour recevoir son numéro Siret et pouvoir facturer ses clients. Pour info, ce numéro Siret arrive par l’intermédiaire d’un courrier de l’Insee et se compose du Siren (9 premiers chiffres) et du NIC, relatif au lieu d’activité.


Micro-entreprise : 4 à 6 semaines pour être affilié


Une fois cette première étape passée, vous allez devoir patienter entre 4 à 6 semaines après la déclaration de début d’activité pour recevoir un mail de l’Urssaf qui vient confirmer votre affiliation à la Sécurité Sociale des indépendants.


C’est seulement une fois ce mail reçu que vous pourrez finaliser votre compte sur le portail autoentrepreneur.urssaf.fr et accéder aux services dématérialisés des auto-entrepreneurs pour notamment télécharger l’attestation d’affiliation à l’Urssaf (lire : Devenir auto entrepreneur : 5 questions à se poser avant de vous lancer).


Micro-entreprise : 90 jours minimum avant de déclarer le chiffre d’affaires


On le sait moins, mais si le micro-entrepreneur peut très rapidement débuter son activité, il va en revanche devoir patienter avant de déclarer du chiffre d’affaires. En effet, un délai minimum de 90 jours doit s’écouler entre la date de début d’activité et la première déclaration de chiffre d’affaires. Des déclarations qui peuvent par ailleurs être mensuelles ou trimestrielles (lire : Devenir auto-entrepreneur à La Réunion : Quels sont les risques ?).


Micro-entreprise : Deux comptes professionnels à ouvrir


Si les démarches pour démarrer son activité de micro-entrepreneur sont donc assez simples et plutôt rapides (mais nous verrons qu’il y a mieux !), les formalités ne s’arrêtent pas là. Vous devez ouvrir deux comptes professionnels.


Tout d’abord, un nouveau compte sur www.impots.gouv.fr afin de régler la taxe de cotisation foncière des entreprises et faire vos éventuelles déclarations de TVA (en cas de dépassement des plafonds de chiffre d’affaires).


Vous devez également ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité professionnelle. Depuis la loi PACTE, ce compte bancaire pro n’est obligatoire qu’à partir de 10.000€ de chiffre d’affaires annuel durant deux années consécutives. On vous conseille néanmoins de l’ouvrir dès le début et on vous souhaite... d’en avoir besoin.


Le portage salarial : Plus rapide, plus simple, plus sécurisé


On pense très souvent que le régime de la micro-entreprise est le plus simple et rapide pour démarrer son activité. C’est faux. Le portage salarial permet également de se lancer en freelance en un laps de temps très court avec quasiment aucune formalité à accomplir (lire : Le portage salarial, c'est quoi ?).


Car en vous affiliant à la société de portage vous évitez la création d’entreprise: le SIRET, le compte bancaire professionnel, le compte impôts.gouv.fr, le compte URSSAF… seront ceux de l’entreprise de portage, vous n’avez pas à en détenir ni même ) vous en préoccuper.


Le freelance a “seulement” à signer un CDI ou un CDD avec celle-ci et donc à lui transmettre les informations légales pour qu’il puisse être établi (lire: CDI ou CDD: quel contrat de travail en portage salarial ?). Dès le contrat signé, le freelance devient “salarié porté” et peut démarrer son activité sans aucune autre démarche à entreprendre tout en bénéficiant d’un statut infiniment plus protecteur !


Cette démarche peut être l’affaire que de quelques jours (ou heures !) en formule “Prêt-à-Porter” pour une mission déjà toute trouvée. Mais pour une activité envisagée comme pérenne, , il s’agit également de prendre un peu de temps et de recul avant de se lancer tête baissée. La société de portage joue d’ailleurs aussi un rôle de conseil et d’accompagnement pour s’assurer de la fiabilité du freelance et de la viabilité de son projet. Du conseil et de l’accompagnement plutôt qu’un site de l'administration, c’est aussi ça le portage salarial !


C’est du moins la vision défendue par Réunion Portage, seule société de portage salarial à La Réunion et qui accompagne une trentaine de freelances dans leur activité pour un chiffre d’affaires annuel généré de 1,5 million d’euros.


Si vous souhaitez en savoir plus sur ce statut et notre entreprise, rapprochez-vous de nos équipes ici.




17 vues0 commentaire